Ford 1932 hot rod roadster
Texte en français
photos

That’s it, for sure, summer is over, and fall is here! Time to put the tops back on the roadsters, and cruise along the coast, aboard this pair of 1932 Ford roadsters. We’re not talking about the west coast here, but the Lake of Four Cantons coast, deep in the heart of Switzerland, where two hot rodders share their vision of hot rodding with us! (Translated from a french article I wrote for PowerGlide Magazine in 2012. Excuse my English !)

In 1932, Henry Ford introduced a popular, modern car with an innovative V8 flathead engine and an simple and efficient chassis design. He never expected that this model will become a landmark in the history of the Ford Motor Company, but also a legend in the hot rodding world that would emerge in the following decade. The American automobile market, strongly affected by the 1929 crisis, has seen major changes, like Chevrolet’s rise to the top of the sales charts in 1931, replacing Ford. Ford had to react, and worked on a new, innovative model offering more power and a more aerodynamic design.

Among the innovations was the nearly all-metal body design. The lines became rounder and the windscreen was slightly angled. Very different than the very square forms of the 1928-1931 model A. All the models were built on the same chassis, a classic Ford standardized design. A new chassis, stiffer than the model A, was ready to support the other big innovation of this year 1932: the V8 engine! The first one to be introduced on a popular model. The famous “flathead” was born. Of all the models produced by Ford, this one, during the 1940s, became the best choice of roadster for the first hot rodders: an aerodynamic body with V8 under the hood, everything the first hot rodders were aiming for on the dry lakes.

COAST TO COAST Far from the Rouge River Ford factory, a few decades later, here we are, on the shores of Lake Lucerne, in the heart of Switzerland. Two passionate Swiss hot rodders behind the wheel of two gorgeous 1932 Ford roadsters, both built according to the traditional standards of hot rodding: 1932 Ford roadster body and chassis, straight axles, hopped up flatheads. Definitely a perfect combination!

CREAM The first one, cream-coloured, is owned by Pascal Meier, a young hot rodder born in the early 80s. As a skilled mechanic and hot rodding enthusiast, driving a 1932 roadster was obvious. In 2009, he found in New Jersey this fiber body roadster, built at the beginning of the 2000s in California. The car that arrived a few months later in Switzerland was far from meeting Pascal’s standards, and beyond that the standards of the Swiss D.O.T. Pascal then decided to completely rebuild the car in accordance with the rules. An opportunity to fully express his hot rodding philosophy.

The real Henry chassis is restored to its original specifications. Pascal also overhauls the Ford hyraulics brakes, as well as the exhaust system. A non splitted whishbone and a set of Houdaille shocks gives a vintage touch to the front axle. Tubular models are used for the rear end. The roadster sits on 16″ Ford spoked wheels with 5.50 x 16 Coker Classic tyres at the front. A radial construction, but with a bias ply look, giving the roadster a better handling. On the rear end, a classic 7.50 x 16 Firestone set. In 2011, after taking the roadster back on the road, completely rebuilt, the vehicle is now (swiss) D.O.T approved. But, for the young hot rodder, performances of the roadster are a bit weak according to his standards.

Time has come to rebuild and upgrade the 239ci 8BA flathead. The engine is stroked to 286 ci. On the speed part list, a pair of Edelbrock heads, a Schneider Racing cam, and a valve springs set supplied by Iskenderian. The oiling is improved by a high flow Melling pump. Pascal completes the tune-up with an Eddie Meyer intake, topped by a pair of Stromberg 97 carburetors. The transmission is a classic Ford 39, with Zephyr gears, connected to a 3.54 Ford banjo rear end. Pascal also spent a lot of time polishing the aluminum parts and detailling the engine.

ALL BLACK Dressed in black, the second roadster belongs to Frank Sedleger, a 40-year-old manager of several Burger King franchises in the German-speaking part of Switzerland. His motto, “Why dream it, if you can do it”, is often applied in his professional life and hobbies. And he like to do the things properly. Frank bought this roadster on eBay USA in 2011, and the vehicle arrived in Switzerland a few months later. The car was supposed to be fully restored. In the end, a poorly built vehicle optimisticly advertised, not quite matching reality. Just like Pascal, he decided to rebuild everything.

The whole mechanical work is then done by Marcel Moser, from Fischer Classic Car Garage, a local shop. The 239ci 59A flathead was completely rebuilt and hopped up. the engine is now equipped with a good camshaft, a Mallory “crab style” ignition, and a pair of Stromberg 97s on an pre-heated Eddie Meyer intake. The same brand also supplies the heads and air filters. The transmission is a traditional 1939 Ford three-speed, followed by the torque tube and the banjo of a 1937 Ford, converted to hydraulic braking. Meanwhile, Frank worked on different modifications : swapping the split wishbone for an original, installing an original steering column and a 4-inch dropped axle.

Then he hired Hans Peter Soland, a Swiss hot rodder and owner of a body shop, to do a complete paintjob. Of course, using Henry Ford’s favourite colour : black ! To achieve the total black look, Frank installed four 16” 1940 Ford steel wheels blackwall Firestone tires. (6.00 front and 7.50 rear). From the original car, Frank only kept the upholstery, a quality work executed in Texas by the famous Fat Lucky’s Upholstery. This upholstery completes a superb interior, featuring Stewart Warner gauges and panel. The dash also include a functional hand pump to pressurize the fuel tank, and a tach located on the steering column. In the end, Frank reached his goal: driving a powerfull, safe and reliable traditional hot rod. This is a dream came true!

Ford 1932 hot rod roadster


Ça y est, c’est sûr, l’été est terminé, et l’automne est arrivé ! On en profite pour refermer les capotes des roadsters, et cruiser le long de la côte, à bord de ces deux superbes roadsters Ford 1932. On ne parle pas de côte ouest ici, mais de celle du lac des Quatre Cantons, au cœur de la Suisse, où deux hot roddeurs nous livrent leur vision du hot rodding !  (article publié en 2012)

Lorsque Henry Ford met sur le marché, en 1932, une voiture populaire, moderne, équipée d’un V8 latéral innovant, et d’une mécanique simple et économique, il ne se doute pas qu’en plus de devenir un modèle marquant dans l’histoire de la Ford Motor Company, ce modèle deviendra un véritable mythe, pour le monde du hot rodding, qui naîtra la décennie suivante. Le marché automobile américain, fortement secoué par la crise de 1929, voit des bouleversements comme le passage de Chevrolet, en 1931, en tête des ventes, détrônant l’inventeur de la voiture populaire. Ford se doit de réagir, et planche sur un nouveau modèle, innovant, offrant plus de puissance, et un design plus aérodynamique. Parmi les innovations, le quasi-abandon du bois dans la carrosserie, pour présenter une carrosserie à la structure entièrement métallique, délaissant le principe de structure de bois habillée de tôle qui avait été le standard des années 20 pour tous les constructeurs.

Les formes s’arrondissent, le pare-brise s’incline, pour quitter les formes très carrées des modèles A, que produisait Ford depuis 1928. Côté mécani­que, tous les modèles étaient montés sur un seul et même châssis, standardisation fordiste oblige. Un nouveau châssis, nervuré, plus rigide que celui du modèle A, était paré pour accueillir l’autre grosse nouveauté de cette marquante année 1932 : le moteur V8 ! Premier du genre à apparaître sur un modèle populaire. Le fameux “flathead” était né. De tous les modèles de carrosserie produits par Ford, ce furent tout d’abord les roadsters qui, au cours des années 40, allaient devenir la base idéale pour les premiers hot roddeurs : une carrosserie aérodynamique, légère dans la version roadster, et un V8 sous le capot. Le roadster était aussi, avant guerre, la forme classique du véhicule de compétition, et c’est naturellement vers ça que tendaient les premiers hot rods.

D’UNE RIVE A L’AUTRE Quelques décennies plus tard, nous voilà loin des usines de Ford qui bordent la Rouge River, mais au bord du lac des Quatre Cantons, au cœur de la Suisse, précisément à Lucerne. Deux hot roddeurs helvètes passionnés, au volant de deux roadsters Ford 32 resplendissants, construits en respectant les grands standards traditionnels du hot rodding : Ford 1932 roadster, trains rigides, flatheads vitaminés. Une paire gagnante, pour sûr !

LA CREME Le premier, à la robe crème, est celui de Pascal Meier, jeune hot roddeur né au début des années 80. Pour ce mécanicien de métier, passionné de hot rodding, rouler en roadster 32 était une évidence. Il importe en 2009 un roadster à la coque en polyester, construit au début des années 2000 en Californie, qu’il trouve dans le New Jersey. La voiture qui arrive en Suisse est loin de répondre aux standards de notre mécanicien et, de surcroît, à l’administration et sa célèbre “Ordonnance concernant les exigen­ces techniques requises pour les véhicules routiers”. Pascal décide donc de démonter entièrement la voiture pour la reconstruire dans les règles de l’art. L’occasion d’y appliquer sa vision des choses, et le style qu’il préfère.

Il re­prend le châssis, un original, afin de le rendre le plus fidèle possible à l’origine. Il revoit le freinage, assuré par un classique set de freins hydrauliques de Ford 42-48, ainsi que le système d’échappement. Côté suspension, il opte pour conserver le système d’origine, à l’arrière, avec un set d’amortisseurs à bras, apportant une touche très vintage, à l’avant, des modèles tubulaires amortissent le train droppé, guidé par un wishbone non splitté, pour un look proche de l’origine. Le roadster repose sur des roues à rayons Ford en 16” chaussées à l’avant d’assez peu communs pneus Coker Classic en 5,50 x 16. Ces pneus sont de construction radiale, mais arborent un design proche des pneus diagonaux, conférant une meilleure tenue de route au roadster. À l’arrière, ce sont de plus classiques 7,50 x 16 Firestone diagonaux qui équipent le véhicule. En 2011, après avoir remis le roadster sur la route, entièrement revu et corrigé, il obtient les papiers nécessaires et le rod passe la visite technique avec succès. Mais notre jeune roddeur trouve les performances du roadster un peu faiblardes, au re­gard de ses goûts en la matière.

C’est cette fois au moteur de se voir entièrement désassemblé et revisité. Le flathead Ford 8BA (1949-53), à l’origine de 239 ci, est stroké grâce à un kit pour passer à 286 ci (alésage x course : 3 5/16 x 4 1/8). Les culasses d’origine laissent place à des Edelbrock, l’arbre à cames est un Schneider Racing, et les ressorts de soupape sont fournis par Iskenderian. Le graissage est amélioré par une pompe Melling à gros débit. Pascal termine la préparation par une admission à la hauteur, composée d’une paire de carburateurs Stromberg 97, montés sur une admission Eddie Meyer. La transmission, assurée par une classique boîte Ford 39, reçoit des engrenages Zephyr, qui transmettent la puissance au banjo Ford de rapport 3,54/1. Pascal va alors passer beaucoup de temps à polir les pièces d’aluminium, et à fignoler les détails de ce moteur, afin d’obtenir un compartiment moteur dont il n’a pas à rougir, le tout sous un capot d’origine et avec une calandre originale de même millésime.

ALL BLACK Le second, tout de noir vêtu, est celui de Frank Sedleger, un quadragénaire à la tête de plusieurs franchises Burger King de la Suisse alémanique. Sa devise, “Why dream it, if you can do it” (en gros “pourquoi en rêver si tu peux le faire ?”), il va la mettre souvent en application, dans sa vie professionnelle comme dans ses hobbies. Et il n’a pas l’habitude de faire les choses à moitié. Il achète sur eBay USA ce roadster en tôle en 2011, et le véhicule arrive quelque temps plus tard en Suisse. C’est une voiture censée être entièrement restaurée. À l’arrivée, une voiture mal construite, une annonce optimiste, comme souvent, ne correspondant pas tout à fait à la réalité. Un peu la même histoire que le roadster ivoire. Tout com­me Pascal, il décide de tout reconstruire, et de s’en servir plutôt comme une bonne base. Il reprend tout, en confiant certaines tâches à des professionnels de son entourage. Fischer Classic Cars se charge du reconditionnement de toute la chaîne cinémati­que (Marcel Moser, le boss, est un hot roddeur confirmé, membre du Aces CC, c’est lui que l’on voit au volant de son racer en page 24 de PWG #22).

Le flathead 59A (1946-48) de 239 ci est entièrement revu et corrigé. Il recoit un arbre à cames, un allumage Mallory “crab style”, et une paire de Stromberg 97 sur une admission Eddie Meyer, qui a la particularité d’être préchauffée par une ligne d’eau, afin de ne pas provoquer de givrage des carburateurs. La même marque fournit aussi les culasses et les filtres à air de ce moteur à l’allure particulièrement soignée.

La boîte de vitesses est une classi­que Ford 39 à trois rapports, suivie d’un pont de Ford 37 converti en freinage hydraulique, qui conserve son tube de poussée. Parallèlement, il sable châssis et carrosserie, et opère plusieurs modifications. Il abandonne le wishbone splitté pour un d’origine, qui guide un essieu droppé de 4”, et se débarrasse aussi du boîtier de direction Ford F100 pour revenir à une direction de Ford 32.

Puis il confie à Hans Peter Soland, carrossier, hot roddeur suisse, un autre membre du Aces CC, le travail de peinture. Celui-ci applique parfaitement, partout, la couleur préférée d’Henry Ford, le noir ! Pour parfaire l’aspect noir total, Frank chausse quatre jantes tôle de Ford 40’s en 16” de pneus diagonaux Firestone à flancs noirs, en 6,00 à l’avant et 7,50 à l’arrière. Une des seules parties de la voiture qu’il réutilise sans y retoucher est la sellerie, qui est un travail de qualité exécuté au Texas par le célèbre Fat Lucky’s Upholstery.

Elle vient compléter le superbe intérieur, composé d’éléments Stewart Warner sur un superbe insert de tableau de bord à fond bouchonné. Il intègre même une pompe à main, fonctionnelle, pour amener le réservoir d’essence en pression. Un compte-tours trouve place sur la colonne de direction. Le coffre revêt la même finition, et accueille une caisse à outils en chêne. Au final, Frank atteint son but : rouler avec un rod des plus traditionnels, avec une grande majorité de pièces pré-1950 (si on ne tient pas compte des rectifications), sûr et fiable, et même performant ! Voilà un rêve devenu réalité !