These last months, several of my paintings have been inspired by the Normandy Beach Race or an event of the Roadster Club Scandinavia (via the photos of the German photographer Jan Leichsenring), placing this series in a research around the concept of action and speed. But recently, I also explored garages through two paintings, this time focused on the work of light in a workshop. First inspired by a photo by Zach Suhr (I have already talked about it here: http://etiennebutterlin.com/the-suhr-garage/), then more recently by creating a scene, this time imaginary, based on a photo taken in a garage, but largely modified. The hot rod project of the original photo has become a dirt track racer survivor, and the rest of the garage has changed a lot, introducing in its decor, among others, a cardboard box with the Offenhauser logo, an Eddie Meyer intake manifold that we imagine waiting for a long time to be mounted on the racer’s flathead, or the signs used to announce a dirt track race, somewhere on a small racetrack in the American countryside. In addition to studying the particular lighting of a workshop, these scenes allow cool scenarios and supposed stories, depending on the vehicles and decors represented. It’s an exciting subject to paint, so other scenes of this type will probably keep my easel busy in the next few months. Already in 2017, I painted a garage scene, inspired by the workshop of the brilliant Brian Bass (Dallas, Texas), where an incredible racer was being built (which is now finished). You can see this painting illustrating the article in the Jalopy Journal here: https://www.jalopyjournal.com/?p=33634. The painting has since been installed in the studio of the American photographer Tim Sutton.

Ces derniers mois, plusieurs de mes peintures ont été inspirées de la Normandy Beach Race ou d’un évènement du Roadster Club Scandinavia (via les photos du photographe allemand Jan Leichsenring), situant cette série dans une recherche autour de la notion d’action et de vitesse. Mais récemment, j’ai aussi exploré les garages via deux peintures, pour cette fois se pencher sur le travail de la lumière au sein d’un atelier. Dans un premier temps, inspiré par une photo de Zach Suhr  (j’en ai déjà parlé ici : http://etiennebutterlin.com/the-suhr-garage/), puis plus récemment, en créant une scène cette fois imaginaire, basée sur une photo prise dans un atelier, mais en grande partie modifiée. Le projet en cours de la photo d’origine est devenu un racer de dirt track survivor, et le reste de garage a beaucoup changé, introduisant dans son décor, entre autre, un carton au logo Offenhauser, une pipe d’admission Eddie Meyer qu’on imagine attendant de longue date d’être montée sur le flathead du racer, ou encore les panneaux un temps utilisés pour signaler une course de dirt track, quelque part sur un petit circuit de la campagne américaine. Ces mises en scène, en plus de permettre d’étudier la lumière particulière d’un atelier, laissent libre cours à de sympathiques scénarios et histoires supposées, en fonction des véhicules et décors représentés. C’est une chose passionnante à peindre, si bien que d’autres scènes de ce type occuperont probablement mon chevalet dans les prochains mois. En 2017 déjà, j’avais peint une première scène de garage, inspirée de l’atelier du genial Brian Bass (Dallas, Texas), où se préparait un racer incroyable, aujourd’hui terminé. On peut voir cette peinture illustrer l’article du Jalopy Journal ici  : https://www.jalopyjournal.com/?p=33634. La peinture a depuis rejoint les murs l’atelier du photographe américain Tim Sutton. 

Survivor dirt track racer