1963 Ford Country Sedan Station Wagon
Texte en français

In October 2011, visitors to the Automédon show have discovered, on the PowerGlide booth, this incredible Sparkle Wagon 1963 Ford Country Sedan, and many have wondered about its history, often assuming it was a recent Californian import. Well no, this amazing customization was made in France, by a passionate enthusiast, in a narrow garage of the Paris suburbs! (Translated from a french article I wrote for PowerGlide Magazine in 2012. Excuse my English !)

This is not new for Bruno Lascabannes. After a few bikes and french cars in his youth, he spent a lot of time working on VW cars, mainly 60’s, modified and often featured in the international specialized press. A source of pride for him. Logically, PowerGlide magazine had to make a nice feature of his latest successful project, this incredible 1963 Ford Country Sedan Station Wagon. But before being able to cruise or exhibit the station wagon, Bruno has a lot to do a considerable amount of work on this station wagon, with the help of his son. Evenings and weekends, in a small building, with the resources of a passionate amateur.

Initially, in September 2010, Bruno went to buy a 1953 Lincoln, when he saw the station wagon, parked in a very poor condition. The rear view of the car makes Bruno lose it, and after clearing bushes, digging out the wheels, and doing a bit of archeological work, he brings the poor barn find Country Sedan back to his place. The car, which comes from Belgium, has lived several lives: first as a hearse, then as a utility vehicle for a carpenter, and then customized by Ywan of the Loud Mufflers CC. Ywan broke the transmission and parked the vehicle for a complete mechanical overhaul. The car will remain in storage for several years, until Bruno discovers it.

“Minor” Overhaul Bruno first planned a quick servicing, to enjoy it on the road as soon as possible. On the first trip, a connecting rod and two pistons broke. An opportunity for Bruno to decide for a complete restoration. The body is badly corroded. All doors were rebuilt on their lower half, as well as a fair proportion of the body. As for the floor, which was very damaged, Bruno worked on patches made from sheet metal, welded together. A lot of bodywork for a car he thought he was just getting refreshed. Bruno also rebuilt the 289 ci V8, and the original three-speed gearbox. Like most of the car’s chassis parts. At this point, after a few coat of primer, Bruno decided to go a little further…

Let’s go! After a lot of bodywork, and a first coat of blue, three coats of varnish with grey metalflakes were sprayed. Followed by a long process of masking and unmasking, to apply the complex panel lace pattern. The stunning paint job, in the true “Bellflower” spirit, have required more than 350 hours of work, in the small shop, without any paint booth, sliding the car with a floor jack to access both sides of the car ! The numbers are impressive: 18 yards of various laces, 50 rolls of large masking tape, 15 rolls of medium masking tape, 30 rolls of fine line tape, 2 rolls of masking paper, 12lbs of blue paint, 4lbs of dark blue paint, 4lbs of gold paint, 2lbs of white paint, 6lbs of black paint, 40lbs of varnish, 1lbs of dark blue candy, 1lbs of light blue candy! One thing will then become obvious: The original upholstery and rusty chromes can no longer be used with this new paint!

Bruno found a pair of re-chromed bumpers imported from the US, and dropped the car at the Kustom Cat upholstery shop in Marcoussis, a small town south of Paris (https://www.facebook.com/AtelierKustomCat/). Shop owner, Catherine Demathieu, then took care of the upholstery. All the panels were reshaped, and upholstery redone with different blue vinyls, some of them in metalflake. While Catherine brilliantly takes care of the upholstery, Bruno worked on the headliner, the carpets, and the trunk panels, which received a detailed work, just like the dashboard, covered in golden tuck’n’roll. Outside, every trim pieces, such as the grille, have been restored and polished. Early October 2011, two weeks before the Automédon Indoor Show, plenty of work remains to be done. Bruno, with his wife and son, worked hard to be able to display the station wagon at the show. This incredible family effort will allow them, on the evening of the show’s set-up, to create a huge surprise when they finaly arrived in the exhibit hall! And what a surprise !It was therefore logical for us to let you enjoy this sparkling jewel in this feature!

1963 Ford Country Sedan Station Wagon


Les visiteurs du salon Automédon, en octobre 2011, auront découvert, sur le stand de PowerGlide, cet incroyable break Ford, et nombreux sont ceux qui se seront interrogés sur son origine, imaginant parfois un import californien récent. Eh bien non, cette superbe customisation s’est faite en France, par un passionné, dans un étroit local de la région parisienne !

Bruno Lascabannes n’en est pas à son galop d’essai. Après un classique parcours de jeunesse mobylette-203-DS-2cv, il passe beaucoup de temps à travailler sur des bases VW, essentiellement 60’s, modifiées, et souvent détaillées dans la presse spécialisée internationale. Une fierté pour lui. En toute logique, PowerGlide se devait de faire une belle place à son dernier projet abouti, cet incroyable Ford Country Sedan Station Wagon de 1963. Mais avant de pouvoir cruiser ou exposer le break à Automédon, Bruno aura effectué un travail considérable sur ce break, avec l’aide de son fils, soirs et week-ends, dans un local exigu, avec les moyens d’un amateur passionné.

À l’origine, en septembre 2010, Bruno se déplace dans le but d’acheter une Lincoln de 1953, lorsqu’il aperçoit ce break, dans un état de quasi-décomposition. La vue arrière de la voiture fait craquer Bruno, qui, après un débroussaillage de ronces, un déterrage de roues, et un véritable travail d’archéologue, ramène le pauvre Country Sedan dans son local. La voiture, originaire de Belgique, a vécu plusieurs vies : d’abord corbillard, elle sera ensuite le véhicule de service d’un menuisier, puis subira une première customisation par Ywan, du Loud Mufflers CC. Au cours d’une sortie, Ywan en casse la boîte, et met le véhicule de côté, en vue d’un changement complet de mécanique. Celui-ci restera stocké ainsi plusieurs années, jusqu’à ce que Bruno le découvre.

“Petite” Révision Bruno envisage une grosse révision et re­mise en route, afin d’en profiter rapidement. À la première sortie, le V8 décide de casser une bielle et deux pistons, l’occasion d’opter alors pour une restauration un peu plus aboutie. La carrosserie est très attaquée, toutes les portes sont refaites sur leurs 15 cm inférieurs, ainsi qu’une bonne part des autres éléments de carrosserie. Tout comme pour la réfection du plancher très abîmé, Bruno façonne des patchs de tôle, soudés bord à bord. Un gros travail de réparation et de préparation de carrosserie, pour une voiture qu’il pensait juste rafraîchir. Côté mécanique, un V8 289 ci est révisé, idem pour la boîte trois rapports d’origine, et les périphériques sont remis en état, comme la plupart des éléments mécaniques de la voiture. À ce stade, Bruno décide alors d’aller un peu plus loin quand arrive l’étape de la peinture…

C’est parti ! Après un gros travail de préparation de carrosserie, et une couche de bleu d’origine posée, trois couches de vernis avec paillettes gris métal sont appliquées. S’ensuivent de longues opérations de masquage, dé-masquage, re-masquage et rebelote, pour appliquer les nombreux effets de pochoir de dentelle et teintes du motif. Le superbe ouvrage de peinture, dans le plus pur esprit “Bellflower”, aura nécessité plus de 350 heures de travail, dans le petit local, sans cabine de peinture, ripant la voiture au cric pour accéder successivement aux deux côtés, avec très peu de recul ! Pour rester dans les chiffres, la comptabilité est impressionnante : 18 m de diverses dentelles, 50 rouleaux de scotch carrosserie, 30 rouleaux de filet pour déco, 2 rouleaux de papier de masquage, 15 rouleaux de tirot en 50 mm, 1 rouleau de polyane, 6 kg de peinture bleu origine, 2 kg de peinture bleu foncé, 2 kg de peinture dorée, 1 kg de peinture blanche, 3 kg de peinture noire, 20 kg de vernis, 500 g de candy bleu foncé, 500 g de candy bleu clair ! Une chose va alors apparaître : impossible de garder l’intérieur d’origine et les pare-chocs abîmés avec une telle peinture !

Ce sera rapide avec la pose de pare-chocs re-chromés trouvés aux USA, mais ce sera plus long pour la sellerie ! Bruno confie une grosse partie du travail à “Miss Catherine” de l’atelier de sellerie Kustom Cat à Marcoussis (https://www.facebook.com/AtelierKustomCat/) et effectue lui-même le reste. Tous les panneaux sont retaillés dans de l’isorel et, comme la sellerie, refaits avec divers vinyles bleus, dont une partie en metalflake. Pendant que Catherine s’occupe brillamment de la sellerie, Bruno travaille sur le ciel de toit, les moquettes, et panneaux de coffre, qui subissent un traitement poussé, à l’image du tableau de bord, qui reçoit un habillage en tuck’n’roll doré. À l’extérieur, toutes les ba­guettes, comme la calandre, sont restaurées, polies et par endroits garnies de clous. Début octobre 2011, à deux semai­nes d’Automédon, il reste encore beaucoup de travail. Bruno, sa femme et son fils œuvreront encore intensément pour pouvoir présenter le station wagon sur notre stand. Cet incroyable effort familial leur permettra, au soir de l’installation du salon, de créer la surprise en arrivant dans le hall du Bourget ! Et quelle surprise ! Il était donc logique pour nous de vous faire profiter de ce joyau étincelant !