Texte en français

Despite the appearance of its radical stance and its rough surface, Tim Elmer’s 1934 Ford Coupe coupe has not succumbed to the sirens of the rat rod phenomenon. It is an outstanding achievement, of which the most recent part dates back to 1951. But its building is also a family adventure for this young hot rodder of Utah. (Translated from a french article I wrote for PowerGlide Magazine in 2011. Excuse my English !)

Tim Elmer may be young, but he’s no novice when it comes to hot rods. He was born in a hot rod family. He lives in Utah, the state of the famous Bonneville Salt Lake. After selling his first project, a modified 1927, he bought a 1934 Ford five-window coupe from his brother. The rare coupe came from an enthusiast who pulled his body out of a ditch along a highway in the 1970s. He then completed the bodywork, but never did anything with it. By the time Tim recovered the vehicle, it was almost complete. Tim planned to turn it into a traditional hot rod, using a 21-bolts flathead from 1936, to stay true to the early days of post-war hot rodding. After checking and straightening the chassis, he started to rebuild the engine. With his father’s help, the block was rectified, and Tim installed a 1951 Mercury 255 ci flathead crankshaft/rod/piston assembly. The camshaft was replaced by an Iskenderian 400 JR. He then reworked the cylinder heads to let the domed pistons fit. Two 97 Stromberg carburettors were installed on the top of a period Edelbrock intake pipe. The engine is connected to a rare Lincoln Zephyr three-speed overdrive transmission, operated by a 1940 steering column shifter assembly. The front axle comes from a 1932 Ford, with a non-splitted whishbone. The I-beam is not dropped, giving a high boy stance to the coupe, helped by the 17” spoked rims.

ON THE ROAD TO BONNEVILLE A few months later, with his Salt Lake City Throttlers friends, Tim drove the coupe to Bonneville, a little over 200 km from home, to test it properly and give to the coupe the taste of salt ! At this point, Tim has achieved an old dream: Building an traditional hot rod out of an early Ford. The most modern part of this rod is dated 1951! Back from Bonneville, the coupe came back to the garage. With the help of his friends and brother, to redo some past body repairs, and stop the rust cancer. After a few touch-ups, things get serious: Tim cut the roof of the Ford, and starts a tough job to lower it. A 34 coupe is not straight as a Model A body ! After removing a 5 inches slice, A-pillars was angled to fit. The coupe is now definitely salt lake styled, with a aerodynamic improvement, and follows the hot rodding roots philosophy of the project.

ELMER SPEED SHOP With this body work completed, Tim still wanted to give a mechanical improvement to engine. During his tests, he noticed that the carbs seemed to be too cold, not allowing the engine to run properly. He then decided to install a pipe heater. But this is not usual part, and Tim wanted an “interesting” part. With the help of a friend passionate by aluminium casting, he started to make his own heater, with a pattern he made of wood and resin, later casted in aluminium by his friend. The process is not easy, and requires a perfect knowledge of the process. The elegant heater carries Tim’s name, and now sits above the engine assembled with the help of his brother and father, to come full circle !

https://www.facebook.com/saltcityspeedshop/


Malgré les apparences de son allure radicale, et de sa surface brute, ce coupé n’a en rien cédé aux sirènes du phénomène rat rod. C’est une réalisation exemplaire, dont la pièce la plus récente date de 1951. Mais sa construction est aussi une aventure familiale pour ce jeune hot rodder de l’Utah.

Tim Elmer a beau être jeune, il n’est pas un débutant en matière de hot rods. Il est né dans une famille où le gène du hot rodding coule dans les veines dès la naissance. Il vit dans l’Utah, l’État où se situe le célèbre lac salé de Bonneville. Lorsqu’il revend son premier projet, un 27 modified, il rachète à son frère un coupé cinq fenêtres Ford 1934. Le rare coupé provient d’un passionné, qui avait retiré sa carrosserie d’un fossé, le long d’une autoroute, dans les 70’s. Il avait ensuite complété l’épave, mais n’en avait jamais rien fait. Quand Tim récupère l’engin, il est quasi complet. Tim envisage d’en faire un hot rod des plus traditionnels, en utilisant notamment un flathead 21 boulons de 1936, pour rester dans une logique des débuts du hot rodding d’après-guerre. Après avoir vérifié et redressé le châssis, il s’atta­que à la réfection du moteur. Avec l’aide de son père, le bloc est rectifié, et Tim y implante un ensemble rotatif vilebrequin/bielles/pistons d’un flathead Mercury 1951 255 ci, ce qui implique un travail certain sur le bloc et le vilebrequin. L’arbre à cames laisse sa place à un Iskenderian 400 JR. Il retravaille ensuite les culasses pour laisser passer les pistons bombés. Deux carburateurs Stromberg 97 s’installent au sommet d’une pipe d’admission Edelbrock d’époque. Le moteur est accouplé à une rare transmission Lincoln Zephyr trois vitesses à overdrive, opérée par une commande au volant, sur une colonne de direction 40’s. Le pont est un Ford 32, tout comme le train avant, avec son “whishbone” non splitté. L’I-beam est d’origine et non droppé, et le rod reste donc assez haut sur ses roues, juché sur ses jantes à rayons de 17’’ d’origine dans l’esprit des rods 40’s.

EN ROUTE POUR BONNEVILLE Quelques mois plus tard, avec ses acolytes des Throttlers Salt Lake City, Tim se rend à Bonneville avec le coupé, à un peu plus de 200 km de chez lui, pour l’inaugurer proprement et lui faire goûter le sel ! À ce point, Tim a atteint un vieux rêve : construire un “early hot rod”, sur une base légendaire. En effet, la pièce la plus moderne de ce rod est datée de 1951 ! De retour de Bonneville, le coupé retourne au garage pour attaquer la carrosserie. Avec l’aide de ses amis et de son frère, celle-ci est reprise en de nombreux endroits, afin de rectifier quelques anciennes réparations, et de stopper le cancer de la rouille. Après ces quelques retouches, il est temps de passer aux choses sérieu­ses : Tim coupe le toit de la Ford, et commence un complexe travail de rabaissement du pavillon. Un coupé 34 est beaucoup plus “rond” qu’une caisse de Ford A ou de 32, et le top-chop nécessite donc un travail en profondeur. Après lui avoir enlevé une tranche d’environ 5 pouces, la baie de pare-brise est revue et corrigée, en l’inclinant et en revoyant ainsi son implantation dans le tablier. Le coupé est maintenant clairement orienté “salt lake”, avec ce gain d’aérodynamisme certain, et rejoint la logique hot rodding roots du projet.

ELMER SPEED SHOP Ce travail de carrosserie terminé, Tim souhaite encore apporter une amélioration mé­canique au hot rod. Lors de ses tests, il a noté que les carbus avaient tendance à être trop froids, ne permettant pas un fonctionnement optimum du moteur. Il envisage alors de placer un réchauffeur de pipe. Mais la chose n’est pas courante, et Tim souhaite une pièce “intéressante”. Avec l’aide d’un ami passionné de fonderie alu, il se met alors à confectionner son propre réchauffeur, en créant un master en bois et résine, qu’il fait ensuite couler en alu par son ami. L’opération n’est pas aisée, vu que la pièce est creuse, et nécessite une parfaite maîtrise du process. L’élégante pièce porte le nom de famille de Tim en relief, et surplombe maintenant le moteur qu’il a assemblé avec l’aide de son frère et de son père : la boucle est bouclée !

https://www.facebook.com/saltcityspeedshop/